samedi 8 novembre 2014

Nous sommes le temple de Dieu


Le 9 novembre, la liturgie de la Dédicace de la basilique St Jean de Latran remplace les textes du 32e dimanche ordinaire. Cette basilique, construite par l’empereur Constantin en l’an 320, a été qualifiée, à travers les siècles de « Mère de toutes les églises de Rome et du monde ».

Un peu d’histoire nous aidera à comprendre l’importance de cette fête. Pendant les premiers siècles, l’Église des origines célébrait ses eucharisties dans des maisons privées et dans des catacombes. Les chrétiens étaient persécutés et considérés comme des ennemis de l’Empire romain. Aucune basilique, cathédrale, ou temple ne pouvait être construit pendant cette période.
Le 28 octobre 312, Constantin, vainqueur de l’empereur Maxence, entra triomphalement dans la ville de Rome. Quelques mois plus tard, par l’Édit de Milan, il ordonna que cessent les persécutions envers les chrétiens. Sa mère, Ste Hélène, devint une fervente chrétienne et Constantin lui-même fut baptisé vers la fin de sa vie.Constantin et sa mère vivaient dans un palais qui avait appartenu à la famille Laterani. Il donna à l’Église une partie de son palais.
Pendant son règne, l’empereur fit construire huit églises, quatre dans la ville de Rome et quatre dans les villages environnants. Bien avant la construction de la basilique de St-Pierre au Vatican, Constantin éleva celle du Latran sur l’emplacement de la caserne des gardes du corps de Maxence. Il détruisit ainsi un témoignage de la grandeur de son ennemi et réaffirma sa volonté de donner au christianisme une structure sociale très visible.
St Jean de Latran était la première église construite à Rome et fut dédiée au Christ Rédempteur et à St Jean Baptiste, d’où le nom de St Jean. On y ajouta aussi un palais pour le Pape et un baptistère de grande dimension.

À partir de ce moment, le Latran devint la résidence officielle des Papes et le demeura pendant près de mille ans, jusqu’au départ de la Papauté pour Avignon, en 1309. Quelque soixante ans plus tard, en 1377, lors du retour des Papes à Rome, ceux-ci décidèrent de s’installer au Vatican, pour des raisons de sécurité.À travers les siècles, quelques-uns des conciles les plus déterminants de l’histoire de l’Église se déroulèrent dans le palais ou dans la basilique du Latran.
Nous célébrons donc en cette fête la « mère de toutes les églises ». Aujourd’hui encore, St Jean de Latran est la cathédrale officielle de l’évêque de Rome (le Pape), le symbole de notre chrétienté.
En cet anniversaire, la liturgie met l’accent sur deux points importants : le respect dû à la maison de Dieu et le caractère sacré de ceux et celles qui se réunissent dans cette maison.
Dans l’évangile, Jésus chasse les vendeurs du Temple et nous rappelle le respect que nous devons avoir pour la maison de Seigneur : « Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic ».

Ce qui donne un caractère sacré au temple ou à la basilique S. Jean de Latran, ce ne sont pas les pierres, les briques et le mortier mais les gens qui s’y réunissent. Nous sommes « le  temple de Dieu », dit St Paul, et la basilique du Latran représente notre identité en tant qu’Église, en tant que Corps du Christ.
Nous célébrons donc aujourd’hui le symbole de toutes les églises, de tous les temples de Dieu et le respect que l’on doit à ces lieux de rencontre.

Nous célébrons aussi notre communauté chrétienne, qui est appelée à être «parfaite comme notre Père céleste est parfait». Nous sommes le Corps du Christ, le Temple de Dieu
L’Église, aujourd’hui, est en fête en chaque lieu où est célébré le Ressuscité, notre Sauveur. Son Esprit fait des chrétiens les pierres vivantes de ce temple nouveau dont il pose les fondations : la Bonne Nouvelle, que nous devons annoncer à tous les hommes. Le temple de Dieu c’est le cœur de l’homme qui accueille sa parole


Extrait de la réflexion sur l'évangile par le Père Yvon-Michel Allard, Canada.
Photos de la basilique St Jean du Latran – de l’assemblée de la cathédrale de Metz – de la célébration à l’église St Martin de Hayange la joie de l’Évangile

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire