dimanche 3 décembre 2017

Mission : Portier


Vigile de la vie
Le texte est bref et l’invitation claire. Pourtant, les auditeurs du moment ont dû être pris par un sentiment étrange qui peut encore nous saisir aujourd’hui. Il est bien question d’un retour, celui du maître de la maison qui compte bien que chacun soit à ses affaires quand il reviendra. La date du retour n’étant pas connue, c’est du coup une tension qui envahit: pas de relâchement possible tant que le maître n’est pas rentré. Le portier est ainsi en première ligne dans l’attente. C’est celui qui est chargé de regarder au loin, de guetter en vigile de la vie et d’avertir le reste de la maisonnée que le maître est de retour pour que tout soit prêt. Parce qu’une joie en dépend, celle du maître qui n’attend lui rien d’autre que notre présence à son retour, et une maison bien tenue.

Mission de Portier
Recevoir cette mission de portier en ce début d’Avent nous indique peut-être ce que nous sommes invités à vivre ces prochaines semaines: revenir au mandat confié par le maître, chacun à la place où la vie dans le Seigneur l’a conduit. C’est à une conversion du temps et de l'histoire que nous sommes invités, une réorientation. Le temps nous est donné pour cela: vivre le retour du maître. Sommes-nous bien à ce travail confié? Pour le savoir il nous faut comprendre ce que cette garde implique. D’abord pour soi. Qu’est-ce que j’entends au fond de moi quand je pense à ce maître et à son retour? La joie est-elle au rendez-vous? Sinon, il faut aller réveiller la joie! Et quand je croise ceux qui m’entourent? Est-ce que la joie est au rendez-vous? Sinon, il faut aller réveiller la joie! Dieu nous donne rendez-vous avec lui. Pas de moment fixe: donc à tout moment.

Libère-nous
Une simple porte nous sépare de la joie de la rencontre et des retrouvailles. Dieu nous veut en joie. Voilà la nouvelle qui nous rejoint aujourd’hui. Et notre joie de portier c’est d’ouvrir au maître: la porte de notre cœur, la porte des cœurs brisés, malades ou fatigués. Il vient combler de joie le temps vide de sa présence. Il vient remplir de sens les maux de son absence. Il est l’otage de notre désir dispersé. Rassemblons donc les mains, ouvrons les paumes de notre cœur et recevons le maître qui nous confie sa joie, pour réveiller le monde et l’ouvrir à sa présence, à sa parole et à son désir.



Marie-Dominique Minassian- Equipe Evangile@Peinture- peinture Bernadette Lopez- Fribourg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire