dimanche 11 mars 2018

Aimé de Toi


“Dieu a tellement aimé le monde”. En ce carême, c’est bien l’unique vérité sur laquelle nous devons arrimer tout notre être, l’unique vérité à croire, décisive et libératrice. Croyons-nous à l’amour de Dieu ? Pour nous ? Pour chacun de nous ? Parce que cet amour-là n’a rien de léger. Dieu y a investi tout ce qu’il avait de plus cher. Il a donné aux hommes son Fils pour qu’il soit parmi eux le visage, la présence décisive, paroles et gestes, qui fixe dans l’histoire des hommes son amour éternel.

Dans le désert traversé de nos vies, Dieu a planté l’arbre de vie, la croix, pour que chaque fois qu’autre chose semble l’emporter, l’image de ce don essentiel soit le bouclier contre tout ce qui voudrait nous faire croire à autre chose qu’à l’amour et à la lumière qu’introduit dans la vie qui l’accueille

Dans le désert, Moïse brandissait le serpent de bronze. Il fallait regarder le mal en face pour être sauvé de sa morsure. En Jésus mis en croix, nous avons bien plus à contempler. Nous avons le mal dont nous sommes tous capables - tuer l’autre, et nous le faisons de tant de manières: en pensées, en paroles et par omission du bien que nous pourrions lui faire... -, et nous avons surtout son antidote: le refus de se laisser posséder par lui, le pardon qui lui confisque son pouvoir.

Jésus nous a révélé notre plus beau visage. Celui de l’amour dont nous sommes tissés. C’est de sa force que nous devons puiser l’énergie du combat spirituel. Le carême, c’est retrouver l’amour qui nous a posé dans la vie et qui ne nous fera jamais défaut. C’est y croire jour après jour pour lui donner le pouvoir de transformer le monde comme notre cœur se risque parfois à le faire en rêvant de paix et de joie pour tous. Et c’est donc aussi, inséparablement prendre soin de l’amour en l’autre.

La croix nous fixe ensemble dans un même regard essentiel qui lie notre désir à celui du Père. La croix tire notre désir perdu de son errance et lui redit quel est son pouvoir. Enfant de Dieu nous le sommes. Tous et chacun. Aidons-nous mutuellement à retrouver notre vrai visage d’enfant bien-aimé.

Equipe Evangile@Peinture- peinture Bernadette Lopez - Fribourg














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire