dimanche 1 avril 2018

Jésus est ressuscité, Christ est Vivant !



Le Christ ressuscité n’est pas d’abord un symbole, une valeur, une idée ; c’est quelqu’un. Quelqu’un de réel, que tu peux rencontrer, qui peut changer ta vie, parce qu’il se dresse depuis le matin de Pâques à l’aplomb de l’histoire et du temps.

Dans le grec biblique, c’est tout simple, il y a deux manières principales de dire « ressuscité » : « réveillé » et « relevé ». Suivant cette gamme d’images, les morts « dorment » et sont « couchés ». Dès lors, à chaque fois qu’une personne se lève – un malade, un paralytique, un pécheur – quelque chose de la résurrection se manifeste.

Quand Marie proclame les merveilles de Dieu pour son peuple, elle dit : « Il relève Israël son serviteur. » L’enfant qu’elle porte n’est pas plus visible que le levain mêlé à la farine. Pourtant, au creux de son corps, elle discerne déjà la puissance de vie qui commence à faire lever toute la pâte humaine !

C’est bien à la manière d’un ferment qu’agit cette force de relèvement. On ne la voit pas, mais on en voit les effets. Ainsi, en quiconque se met debout pour avancer, veiller, résister, embrasser, servir, porter, etc., l’énergie de Pâques est prise en flagrant délit d’éclosion. La résurrection ne se paie pas de mots. Ou bien on la reçoit et elle agit, ou bien elle risque de refluer dans le tombeau dont elle a jailli. C’est à nous, en partie, qu’il appartient de faire que notre monde, et pas seulement nos cimetières, reverdisse de sa sève.

Combien, autour de nous, attendent un sourire, un geste, un mot qui relève ? Il n’en faut pas plus, parfois, pour que continue à courir le cri qui nous a rejoints à travers des océans d’espace et de temps : Christ est ressuscité. Il s'est relevé. Alleluia ! Alleluia ! C'est le cœur de notre foi.

Frère Sylvain Detoc,- Couvent du Saint-Nom-de-Jésus à Lyon
Image Résurrection- Monastère Saint Antoine le Grand 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire