dimanche 3 juin 2018

Communion à la vie de Dieu et des Hommes


Chaque dimanche, et même chaque jour, le Seigneur nous invite à sa table pour nous nourrir du pain de la vie éternelle et nous greffer à la racine de l’amour éternel. En recevant le corps et le sang du Seigneur nous sommes intégrés au Corps du Christ dans une communion qui déploie toutes ses énergies à l’avènement du Royaume. 

Dans l’histoire de l’Église, il y a toujours eu un lien indissociable entre le corps eucharistique (le corps et le sang du Christ reçus en nourriture) et le corps ecclésial (l’Église que nous formons dans l’unité de l’Esprit Saint). Ainsi dans la célébration de la messe, au nom de tous, le prêtre invoque l’Esprit Saint à la fois sur les offrandes que sont le pain et le vin, mais il invoque la même grâce de l’Esprit Saint sur le peuple rassemblé qui devient ainsi le signe visible du corps ecclésial.

Cette communion va se vivre dans une triple dimension des rites de communion comme l’indique le Missel. Tout d’abord communion dans la prière à travers la récitation du Notre Père par toute l’assemblée d’une même voix. Nous disons bien « Notre Père », nous affirmons ainsi que nous sommes un seul peuple, les enfants d’une même famille.

Ensuite, nous sommes appelés à manifester cette communion dans la charité fraternelle à travers le geste de paix. Celui ou celle qui est à côté de moi, que je n’ai pas forcément choisi, est mon frère ou ma sœur. En me tournant vers lui, je le reçois comme un don de Dieu et je le reconnais comme temple de l’Esprit Saint.
Enfin dans la communion au corps du Christ je dis « Amen » comme un acte de pur amour à Celui qui m’est présenté et qui va nourrir mon âme de disciple missionnaire.

En somme la communion à la vie même de Dieu ne peut se réaliser sans une communion à la vie de mes frères et mes sœurs dans la charité et dans la prière. C’est un appel à saisir que chacun a sa place unique dans le Corps du Christ et que nous sommes tous responsables les uns des autres dans la dynamique de la sainteté.

Père Pascal Sarjas - Diocèse de Metz (57) – Peinture Bernadette Lopez - Fribourg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire